Trombinoscope EGAL

MANUELLE TERME, habitante de Drôme la Romaine.
« Voilà maintenant plus de 25 ans que j’ai été adoptée par l’Ardèche. J’ai choisi de bâtir ici ma famille, au sein de ce territoire magnifique. J’ai 55 ans et suis infirmière à temps plein, de nuit, au centre hospitalier d’Aubenas,.
Les motivations qui animent mon engagement au sein du collectif EGAL sont notamment le bien vivre ensemble, la communication, la collégialité et l’intégrité.
Je suis convaincue que les choix et les décisions impactant toute la population de Lablachère ne devraient pas être le fait du seul conseil municipal, mais celui de tous.
Je souhaite m’engager, avec l’aide d’autres citoyens de la commune, sur des projets tels que le rapprochement-inter générations, le développement de structures d’accueil des tout petits, la promotion du savoir et de la transmission au niveau local.
Je crois au partage des savoirs, des expériences et du bon sens pour faire vivre notre commune, dans la prise en compte de chacun d’entre nous. »

 

PATRICIA RAPHANEL, habitante de Drôme la Romaine:
« De famille ardéchoise je réside à Lablachère, quartier de Drôme, depuis 25 ans.
J’ai deux grands enfants, qui ont maintenant quitté la maison et ma carrière professionnelle chez Orange se termine dans quelques mois. J’ai donc pensé que c’était le bon moment pour m’investir au sein de la commune.
Mon choix de rejoindre le collectif EGAL est simple, j’y ai trouvé cette envie d’aller à la rencontre des Lablachérois, d’apprendre à les connaître pour travailler ensemble.
Toutes et tous au sein de ce collectif nous pensons que la mairie doit être un lieu de rencontres ouvert aux citoyens, où chacun est invité avec ses projets ses doutes et ses envies, à participer au plus près à la vie du village. »

 

CORINNE LARCHER, qui habite le quartier de Beauzonnet:
 » J’ai 44 ans, je suis maman de deux adolescents, je travaille pour un opérateur du ministère de l’éducation nationale. La recherche, l’innovation pédagogique, l’accompagnement de projets et la formation sont au cœur de mes missions.
Je m’engage aujourd’hui au sein du collectif EGAL pour mettre mon énergie, mes idées et mes compétences au service de ma commune.
J’habite Lablachère depuis 15 ans et je désire travailler collectivement sur les nouveaux enjeux liés à une ruralité moderne et assumée.
Penser la mobilité, l’éducation, l’action culturelle, l’innovation sociale comme des leviers essentiels de développement, voilà ce qui motive mon adhésion au collectif EGAL car ce collectif propose enfin une vision renouvelée du débat démocratique. »

 

OLIVIER CHEVALIN.
« En 1992 j’ai quitté la région parisienne pour venir m’installer en Ardèche, mon choix était motivé par la qualité de vie qui existe dans ce joli coin de France.
Arrivé à Lablachère en 2004, j’ai repris l’épicerie du village en 2006.
Quatorze années dans ce commerce au cœur du village avec son lot de belles rencontres, de jolis moments de partage et de convivialité m’ont permis d’envisager aujourd’hui mon engagement au sein du collectif EGAL. Je souhaite y apporter mon expérience du commerce de proximité.
Le développement économique local est en effet un enjeu majeur des années à venir.
Passionné par les sports de combats et les arts martiaux que j’ai pratiqué au dojo de Lablachère, je suis persuadé que le tissu associatif est un lien important dans le village pour le bien vivre ensemble. Aujourd’hui, le projet EGAL pour la commune me semble être en adéquation avec ma vision de la démocratie ! ».

 

JEAN LUC LEVECQUE.
« Fuir Paris, l’informatique, retrouver ses copains, en route vers l’Ardèche. Cheveux longs et idées aussi longues. Chaleureusement accueilli par les ardéchois, Léon, Juliette, Maurice, Jo,…..contents de voir une famille s’installer, pendant que beaucoup de leurs enfants s’en vont. J’ai passé 30 ans de vrai bonheur entre Lablachère et Sanilhac, j’y ai eu une petite fille. Ensuite j’y rencontre ma femme, ses enfants et ses amis.
Depuis 2008, qu’est-ce qui a changé ? Pas moi mais la municipalité ! La gestion municipale se dégrade pour arriver aujourd’hui à une ambiance délétère : banderoles détestables, procès, commence l’ère des « Non a », lettres anonymes ou d’injures. Ils arrivent à nous donner envie de quitter Lablachère… mais par un joyeux concours de circonstances, je me retrouve conseiller municipal en 2017.
Et là c’est l’enfer ! Je m’efforce alors, depuis 6 mois, de monter un projet EGAL, qui nous redonnerait le goût de vivre dans cette commune que j’aime. Une commune apaisée où chacun est respecté, où le citoyen est associé aux projets et décisions de la municipalité. Bref, où on aime la vie, où le bonheur et le plaisir sont possibles.
Que deviendrait Lablachère s’il n’y avait plus que des retraités, dont je fais partie ? Place aux jeunes qui bougent et bravo pour l’énergie qu’ils apportent. Je suis à leurs côtés.

 

PASCAL BRIAN.
« Originaire de Lablachère je réside maintenant à Beauzon, j’ai 32 ans et suis papa d’une petite fille de 1 an…
Travaillant dans la restauration je connais parfaitement l’enjeu du tourisme dans notre quotidien et l’économie qui en découle. La liste EGAL dont un objectif est d’écouter chacun est selon moi un levier qui dynamisera le village et les associations.
Je fais partie du club de foot de Lablachère (Association FCAM). L’implication de la jeunesse au sein de la commune est primordiale pour faire le lien entre les générations et permettre de préserver notre passé tout en décidant de notre avenir.
Le côté participatif, la transparence et les idéaux que portent notre collectif me paraissent essentiel au bon développement de Lablachère.

 

PAULINE BOISSIN.
« Originaire de Lablachère, j’ai 27 ans et je suis préparatrice en pharmacie.
En tant qu’éducatrice bénévole pour les enfants au sein du club de rubgy de Joyeuse (U.R.A.M), je m’appuie sur des valeurs telles que l’entraide, la coopération et le dépassement de soi qui sont à mon sens primordiales.
J’ai rejoint le collectif EGAL pour faire vivre ces valeurs et les impulser par mon dynamisme dans notre commune. C’est par le dialogue que des projets innovants pourront aboutir, ce sont donc les projets de E.G.A.L qui permettront à Lablachère d’être une commune plus vivante. »

 

 

MELANIE AYGON.
« Je suis très attachée à ma commune de résidence, à la fois compte tenu de mes racines ardéchoises mais aussi parce que j’y trouve l’ensemble des éléments nécessaires à mon bien être : la beauté de la nature, la qualité des liens relationnels. Je vis en couple à Salymes, joli quartier de Lablachère et je suis maman de deux enfants.
Psychologue auprès de personnes âgées en maison de retraite, j’anime également des groupes de proches aidants pour qui l’accompagnement, l’écoute et la bienveillance sont nécessaires pour faire face à des situations parfois complexes et douloureuses.
Je souhaite m’engager auprès des Lablachéroises et Lablachérois en apportant ma contribution dans différents domaines, notamment l’écologie, la solidarité, l’intergénérationnel et le bien vivre ensemble. »

 

FLORENCE DAL MOLIN.
« J’ai 48 ans, je suis maman de 2 garçons et j’habite à Lablachère depuis 2002.
Mon attachement à ce territoire m’a conduit à y créer un commerce.
Je suis investie dans la vie associative du village.
Mes engagements révèlent un réel désir de participer activement aux projets portés par le collectif EGAL notamment en ce qui concerne la prise en compte et l’accompagnement de nos jeunes. »

 

 

ALAIN CHARTIN.
« Berrichon retourné à la terre en Ardèche comme éleveur de chèvres en 1969 à St André Lachamp, j’ai une formation de graphiste publicitaire. Animateur d’un petit mensuel autogéré, « La Bouche Rouge », au centre des luttes de son époque, objecteur, anti-nucléaire, paysan-travailleur avant de devenir imprimeur et éditeur.
Formateur au Greta à Aubenas et animateur d’ateliers de créateurs, dessin, sculpture, mosaïque, techniques mixtes, avec l’association A.I.M.E.
Au troisième âge désormais, s’offre à moi une 4ème vie…
Celle d’un retraité heureux de sa situation… Mais très malheureux de ce que devient notre monde.
La commune est la première étape de la démocratie.
Le projet  » EGAL » est un chantier énorme.
Il me plait … Je m’y engage avec joie ! »

 

ERIC BOISSIN.
« Pur cévenol, natif de Lablachère, 54 ans, marié et père d’une adolescente de 15 ans qui est originaire du Vietnam, je suis fils d’artisans et petit-fils de métayer.
Je suis actuellement chef d’entreprise dans la formation en milieu forestier et BTP, conseiller sortant, conseiller communautaire et membre du bureau SICTOBA (Syndicat Intercommunal de Collecte et de Traitement des Ordures ménagères de la Basse Ardèche).
Je suis persuadé qu’il faut gérer la commune autrement, raison pour laquelle je m’engage au sein du collectif Ensemble Gérons Autrement Lablachère – E.G.A.L. avec mes compétences, mon expérience professionnelle, personnelle. J’apporte ma connaissance du territoire communal et intercommunal pour agir dans un esprit de transparence par la mise en œuvre d’une gouvernance collégiale, qui se substituerait aux instances souveraines, pilotées par les élus. »

 

GILBERT RIEUSSET.
« Mon arrière-grand-père habitait le hameau de Drome ou il exerçait la profession d ‘agriculteur. Il a pu acheter une maison à sa fille place de la Jaujon où mon grand-père et mon père ont pratiqué le métier de bourrelier pendant 40 ans.
Ma mère, décédée depuis peu, originaire de Saint Genest de Beauzon y a vécu jusqu’à l’âge de 100 ans.
Écœuré par l’ambiance qui règne à Lablachère, je me suis installé ailleurs mais j’ai à cœur de retrouver le village de Lablachère que j’aimais, de le protéger, de le faire évoluer intelligemment c’est donc naturellement que j’ai rejoint pour le soutenir le collectif EGAL animé par un groupe de personnes qui aspirent à diriger la commune de façon conviviale et qui me semblent avoir des compétences, de la sincérité et de la bonne volonté.
Ma mère serait fière de voir le bureau de campagne d’EGAL installé dans sa maison. »

 

SEVERINE TROUILLAS.
« Native de Lablachère, fille et petite-fille de commerçants, j’ai toujours vécu et habité dans cette commune. Je vie maritalement et je suis maman d’un adolescent.
Je suis technicienne de laboratoire depuis plus de 20 ans dans d’une grosse entreprise locale qui traite et transforme tous les sous-produits issus du monde agricole. Mon engagement au sein de l’entreprise en tant que secrétaire du comité d’entreprise me permet de participer aux décisions du groupe, pour apporter aux salariés un lien renforcé entre les acteurs de la filière.
J’aime le sport en général, passionnée d’équitation je la pratique régulièrement ce qui m’apporte un équilibre dans ma vie.En m’engageant avec E.G.A.L., je souhaite amener de la réflexion, de la cohésion, de la participation et de l’écoute entre les élus et les habitants de ma commune. »

 

 

OLIVIER DEJONGHE.
Peu bavard mais efficace, toujours prêt à poser la question qui « dérange » mais nous fait avancer ! c’est aussi ça le Collectif EGAL, des gens qui s’interrogent mais qui ne tournent pas en rond.

 

 

 

 

JEAN CHRISTOPHE BASSET.
« Après avoir vécu à Montélimar, voilà 23 ans que je suis revenu dans le berceau familial et que j’habite Lablachère.
Maintenant je souhaite donner de mon temps à la commune et participer avec l’équipe d’EGAL à l’élaboration de nouveaux projets dans lesquels nous avons tous une place. »

 

 

 

 

GUY MONTAUDON.
« Ayant lié, depuis 1971, des liens familiaux et amicaux importants dans le pays, je vais, très bientôt, avec mon épouse qui a déjà vécu 10 ans ici, habiter définitivement à Lablachère. Je suis prof à la retraite, personne n’est parfait…
J’ai déjà beaucoup œuvré dans des associations loi 1901 (syndicats, amicales de locataires, clubs sportifs etc..).
Actuellement, en accord total avec les projets de E.G.A.L, je suis OK, sans responsabilités particulières, pour appuyer l’action du collectif.
Bonne chance à cette équipe et à son projet de gestion participative ! »

 

 

VERONIQUE SOUVIAT.
« Je suis arrivée en Ardèche en 1973 avec un groupe de copains et de copines et avec une envie folle de vivre autrement, de partager et de réaliser des projets…ce temps était celui de tous les possibles : celui de l’entraide, de la solidarité, du partage…les poches vides mais le cœur et l’esprit pleins d’envies et d’idées.
J’ai vécu 10 ans dans les environs de Lablachère et de Joyeuse. Mon cœur n’a jamais quitté l’Ardèche, je m’y suis fait des ami(e)s.…et les amis de 20 ans, ce n’est pas rien ! J’y ai aussi rencontré mon époux. Il venait de la banlieue parisienne alors je suis repartie…. Nous revenions en revanche chaque année pendant nos congés. Pendant toutes ces années j’ai expérimenté et évolué dans la sphère de l’éducation et de l’animation socioculturelle.
Nouvellement retraitée je reviens en Ardèche. Là où mes 20 ans ont planté des racines et tissé des liens amicaux, avec l’envie de nouvelles rencontres et de nouveaux projets à partager, sachant que chacun n’existe et n’a de force de vie qu’avec les autres. »

 

 

PEDRO MESQUITA TEIXEIRA.
Artisan, longtemps pompier volontaire, papa de 2 petits, son engagement pour les autres est une certitude. Depuis plus de 30 ans à Lablachère, nous terminons donc avec une figure locale et une famille bien implantée dans le village.